Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 14:05
J'ai trouvé sur le blog d'Alain Genestine un article constitué par un extrait des Harmonies Economiques, de Frédéric Bastiat. Plus précisément, il s'agit du passage qui clôt l'introduction, intitulée "A la jeunesse française". Ce morceau me plait particulièrement, car il illustre la double foi inébranlable de Bastiat en Dieu et en la liberté que le Créateur a donnée à l'homme, à chaque homme.

Hommage à Frédéric BASTIAT


http://www.bama.ua.edu/~jotteson/bastiat.jpg


Jeunes gens, dans ce temps où un douloureux Scepticisme semble être l'effet et le châtiment de l'anarchie des idées, je m'estimerais heureux si la lecture de ce livre ("Harmonies économiques") faisait arriver sur vos lèvres, dans l'ordre des idées qu'il agite, ce mot si consolant, ce mot d'une saveur si parfumée, ce mot qui n'est pas seulement un refuge, mais une force, puisqu'on a pu dire de lui qu'il remue les montagnes, ce mot qui ouvre le symbole des chrétiens : Je crois.

— « Je crois, non d'une foi soumise et aveugle, car il ne s'agit pas du mystérieux domaine de la révélation; mais d'une foi scientifique et raisonnée, comme il convient à propos des choses laissées aux investigations de l'homme.
— Je crois que celui qui a arrangé le monde matériel n'a pas voulu rester étranger aux arrangements du monde social.
— Je crois qu'il a su combiner et faire mouvoir harmonieusement des agents libres aussi bien que des molécules inertes.
— Je crois que sa providence éclate au moins autant, si ce n'est plus, dans les lois auxquelles il a soumis les intérêts et les volontés que dans celles qu'il a imposées aux pesanteurs et aux vitesses.
— Je crois que tout dans la société est cause de perfectionnement et de progrès, même ce qui la blesse.
— Je crois que le Mal aboutit au Bien et le provoque, tandis que le Bien ne peut aboutir au Mal, d'où il suit que le Bien doit finir par dominer.
— Je crois que l'invincible tendance sociale est une approximation constante des hommes vers un commun niveau physique, intellectuel et moral, en même temps qu'une élévation progressive et indéfinie de ce niveau.
— Je crois qu'il suffit au développement graduel et paisible de l'humanité que ses tendances ne soient pas troublées et qu'elles reconquièrent la liberté de leurs mouvements.
— Je crois ces choses, non parce que je les désire et qu'elles satisfont mon cœur, mais parce que mon intelligence leur donne un assentiment réfléchi. »

Ah! si jamais vous prononcez cette parole: Je crois, Vous serez ardents à la propager, et le problème social sera bientôt résolu, car il est, quoi qu'on en dise, facile à résoudre.— Les intérêts sont harmoniques, — donc la solution est tout entière dans ce mot : Liberté.

Partager cet article

Repost0

commentaires