Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 08:18

Depuis la décision de ALTERNATIVE LIBERALE (son candidat, Edouard Fillias, n'ayant pas réussi à obtenir 500 parrainages) de soutenir la candidature de François Bayrou, les libéraux sont très divisés quant à l'opportunité de ce soutien. Ceux qui sont contre s'insurgent contre un soutien à un personnage absolument pas libéral, ce qui n'est contesté par personne. Ceux qui sont pour argumentent essentiellement sur l'idée que François Bayrou veut faire des réformes institutionnelles proches de celles du programme d'ALTERNATIVE LIBERALE, que cela nous ferait sortir du bipartisme UMP/PS et ouvrirait une fenêtre aux libéraux.
A titre personnel, je trouve les arguments des uns et des autres tout-à-fait recevables. Je fais confiance aux dirigeants d'ALTERNATIVE LIBERALE, qui ont pris cette décision après mûre réflexion, à partir du moment où ils ne transigent pas avec la vérité (cette vérité dont le Christ nous a dit qu'elle nous rendra libres) : il s'agit d'un soutien de circonstance pour débloquer la situation politique, et en aucun cas un soutien au programme économique et social de Bayrou. Peut-être l'avenir leur donnera-t-il tort, mais en aucun cas je ne les suspecte d'arrières-pensées inavouables, de manoeuves visant à assurer leur avenir politique personnel.

Voici une article récent de Claude Reichman, principal pourfendeur du monopole de la Sécu française, qui va, me semble-t-il, dans le même sens que le Comité Directeur d'ALTERNATIVE LIBERALE. Du moins quand à la possibilité que Bayrou, s'il est élu, dévérouille le système politique français.

par Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue


Le silence est d'or. Telle est la devise à peine dissimulée des candidats à l'élection présidentielle. Oh, certes ils parlent. Et d'abondance. Mais surtout pas de ce qui pourrait fâcher. On ne saurait imaginer pire dérèglement de la démocratie. Celle-ci ne peut fonctionner que si les échéances électorales sont le moment des grands choix collectifs. A ne pas vouloir les faire, on se condamne à voir les problèmes surgir au moment où personne ne les attend et où nul n'est armé pour les résoudre. C'est évidemment ce qui va se passer en France, dès l'élection présidentielle accomplie et quel qu'en soit le vainqueur.
Les lois de la République, issues de la transposition des directives européennes votées à Bruxelles par les divers gouvernements français, permettent non seulement de s'assurer pour la maladie auprès d'une société privée, mais aussi de souscrire, dans les mêmes conditions, une retraite par capitalisation en lieu et place de la répartition, que condamne la démographie puisqu'on va vers une situation où il n'y aura plus qu'un cotisant pour un retraité ! Qui vous le dit ? Et pourtant les candidats le savent tous. Où est leur civisme, leur sens des responsabilités, leur honnêteté tout simplement ?

Et où sont les journalistes qui tentent d'informer leurs lecteurs ? Bien sûr, il y en a quelques-uns, qui sont l'honneur de leur profession. Mais pourquoi leurs confrères ne reprennent-ils pas ces informations ? Etrange vraiment, ce peuple français qui ne peut plus compter sur ses représentants politiques ni sur ceux qui sont chargés de l'informer, qui le sait parfaitement - car sinon il ne manifesterait pas un tel rejet des politiciens et des médias du système - et qui finalement se fait une raison, comme s'il n'y avait rien à faire.
Et c'est là que les commentateurs ont tout faux. Car ils interprètent cette apathie comme un état définitif. Or il suffira d'un résultat inattendu à l'élection présidentielle - et il semble bien qu'on s'y achemine - pour que s'ouvrent les vannes de la révolte. Trop longtemps contenue et inexprimée, celle-ci renversera tout. D'autant que le bouleversement du système social est en cours, initié par une avant-garde de combattants de la liberté qui sont en train d'ouvrir dans notre mur de Berlin à nous la brèche par laquelle s'engouffrera demain tout un peuple.

A la vérité, nous sommes au moment où le système se cherche un réformateur pour survivre sans changer l'essentiel. En Union soviétique, ce fut Gorbatchev. En France, c'est Bayrou. Après Gorbatchev, il y eut Eltsine, et avec lui le système disparut. Il en ira de même avec Bayrou s'il est élu. Le vrai réformateur viendra ensuite.
Tout se passe comme si la France ne pouvait pas sortir du communisme qui l'étouffe depuis la Libération sans passer par une sorte de quarantaine politique, un sas de décontamination ou, si l'on préfère, un purgatoire. Un peu de patience mes amis, l'heure de vérité est proche. Mais surtout que personne ne s'endorme. Il y a des grands soirs qu'il ne faut surtout pas manquer.

Partager cet article

Repost0

commentaires

T
Ronny,Merci pour ton amical message. Peut-être vais-je mettre, un de ces jours, un article sur l'avortement et l'euthanasie : nous pourrions alors reprendre cette discussion. Je serais content d'avoir de tes nouvelles par mél.
Répondre
R
Bravo Thierry pour ton blog!Je te souhaite bonne chance!J'ai vu sur le blog d'Edouard Fillias que tu étais intéressé par une discussion sur l'avortement et l'euthanasie, il se trouve que ce sont deux des sujets qui me passionnent le plus en ce moment.J'espère en rediscuter avec toi.Au fait, au cas où tu ne ferais pas le lien, mon nom est Ronny Ktorza, l'ancien responsable des comités locaux de Liberté Chérie...
Répondre
L
Thierry,

Bayrou anti-système est une imposture comme Chirac l'était quand il se faisait passer pour le candidat naturel de la droite, lui homme qui a toujours été de gauche.

Ce ralliement, que rien n'obligeait, ne servira qu'à trouver des postes à certain des dirigeants d'AL. AL est mort.

La réforme de la France même à la marge aux thèses libérales qui est un passage obligé pour elle ne sera pas facile pour un libéral. Alors comment penser que Bayrou, le moins libéral des trois ténors actuels puisse être ce vecteur.

Quant à changer le mode de scrutin, quelle rigolade. l'UDF qui a plus de 2 fois moins d'électeurs que le FN a des élus de partout dans les instances départementales, régionales et nationales pour une seule raison, celle du suffrage à deux tours actuel et des désistements croisés avec l'UMP. Et il irait se tirer une balle dans le pied ?

Un seul vote pour commencer à sortir ceux qui nous dirigent (mal) depuis 30 ans, voter Le Pen comme Président - je n'ai pas dit voter FN aux législatives - et là les choses pourront commencer à être véritablement reconstruites. Cela ne te semble pas évident ?

Répondre
T
Cher Pierre,
Merci pour ce commentaire.Cette affaire est un peu compliquée. Ton argument sur le changement de mode de scrutin me semble pertinent, ...sauf que maintenant plus aucun accord de désistement croisé ne me semble envisageable entre UDF et l'UMP ! Il faudra donc que Bayrou trouve une autre solution. Et il semble bien qu'il tienne à son programme de réforme des institutions. Il n'a certes pas été anti-système par le passé, mais les évènements ne l'obligent-ils pas à le devenir ?Son succès aurait-un avantage supplémentaire : conforter les électeurs dans l'idée que le ciel ne leur tombera pas sur la tête quand ils oseront botter le cul de l'UMP et du PS (comme pour la constitution européenne).Ceci dit, je suis d'accord avec toi sur le fait que Le Pen (tout comme Villiers) est beaucoup plus libéral que Bayrou. Le hic, c'est que Villiers fait 2% dans les sondages et que Le Pen serait pulvérisé au second. Le seul soutien ayant des chances raisonnables d'aboutir, pour sortir des griffes du couple infernal UMP/PS me semble être, hélas, celui à Bayrou.