Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 18:45

Salome-Jacques-2.jpeg"Comme disait ma grand-mère, ..."

C'est une des expressions favorites de Jacques Salomé, dont j'essaie de suivre les recommandations en matière de communication interpersonnelle. Voici l'essentiel de ce que j'ai retenu de sa méthode (ESPERE) dispensée, notamment, lors de conférences et séminaires

 

Au cours de ces manifestations, Jacques Salomé utilise une écharpe relationnelle, longue écharpe qu'il fait manipuler par 2 participants pour symboliser leur relation. La communication entre 2 personnes peut également être comparée à un tuyau allant de l'une àl'autre.

A mon extrémité de la relation, je peux :

- donner,

- demander,

- recevoir,

- refuser.

 

Chacun est responsable se son bout de la relation, mais pas du bout de l'autre. Ceci est important. Nous avons souvent l'impression, par exemple, que nous sommes agacés par l'autre, que c'est l'autre qui provoque, par son attitude, notre agacement ou tel ou tel autre sentiment en nous. Mais ceci est une illusion : c'est moi, et moi seul, qui peux décider d'être agacé ou de non lorsque l'autre fait ceci ou dit cela. Je suis responsable des actes que je pose, mais pas de la façon dont l'autre les reçoit. Je suis responsable de ce que je dis, de la manière dont je m'exprime, mais pas de ce que l'autre entend, de ce qu'il comprend.

 

J'adhère à la recommandation de Jacques Salomé de parler à la première personne, de dire "Je". "Comme disait ma grand-mère, le tu tue" (façon amusante de dénoncer la "relation klaxon"). Il invite à ne pas parler à la place de l'autre, ou "sur l'autre". Il vaut mieux dire "J'ai entendu Untel dire ceci" que "Untel a dit ceci". Dans le second cas, en effet, Untel est parfaitement en mesure de contester avoir "dit ceci", si ce que j'ai entendu ne correspond pas à la réalité de ce qu'il a dit, plus précisément si j'ai mal compris, mal interprêté, ce qu'il a voulu exprimer (1).

 

J'invite mes lecteurs à visiter le site de Jacques Salomé, à assister à l'une de ses conférences (s'il en donne encore, ce qui n'est pas sûr), à lire ses livres, à regarder ses vidéos (K7, DVD, Internet), à écouter ses enregistrements audio.  Personnellement, je préfère nettement entendre et voir Jacques Salomé, plutôt que lire ses écrits.

 

Parmi les poisons de la communication que cite Salomé, figurent la disqualification (ex : "Tu n'es qu'un imbécile"), la culpabilisation (ex : "Me refuser ça, après tout ce que j'ai fait pour toi !"), l'injonction (ex : "Fais ceci, ne fais pas cela").

 

Ce n'est que très récemment que je me suis rendu compte que les conseils de Jacques Salomé étaient très cohérents avec la philosophie libérale :

- lorsque je m'adresse à quelqu'un à la seconde personne ("Tu as dit que ... ", "Tu es un menteur ..") ou lorsque je parle de lui à la 3e personne ("C'est un bon à rien ..."), je parle à sa place, je parle sur lui, je me fais son porte-parole sans son accord, sans qu'il m'ait rien demandé. Je lui dénie la liberté de parler en son nom, du sujet qu'il est certainement le mieux placé pour aborder : lui-même. Ce non-respect de sa liberté est tout aussi criticable lorsque je parle de lui en bien (Ex : "Tu as fait du super boulot") que quand je le disqualifie. Il est préférable, même dans ce cas, d'utiliser le "Je" ("Je trouve que tu as fait un super boulot, je l'apprécie beaucoup").

- lorsque je culpabilise l'autre, j'utilise une forme de manipulation qui vise à priver l'autre de sa liberté, à lui faire faire quelque chose qu'il ne ferait pas s'il était entièrement libre.

- lorsque j'utilise l'injonction, lorsque je commande à l'autre (sauf dans certaines situations où mon rôle de "chef" résulte de contrats librement acceptés, comme les contrats de travail au sein d'une entreprise), je ne respecte pas la liberté de cet autre

 

Il est un sujet sur lequel je ne partage pas le point de vue de Jacques Salomé. Si j'ai bien compris celui-ci (et je pense l'avoir bien compris, car je lui ai posé explicitement la question, lors d'une de ses conférences), lorsqu'il parle d'amour dans le couple, il parle de sentiment : pour lui, c'est le sentiment amoureux et lui seul qui justifie qu'un couple se forme. Quand ce sentiment amoureux s'estompe, voire disparaît, ce qui arrive presqu'inévitablement, la séparation ne tarde pas à suivre. J'ai une vision beaucoup plus chrétienne de l'amour dans un couple. Pour l'Eglise catholique, ce qui fonde le mariage, au-delà du sentiment amoureux, forcément précaire, c'est l'engagement libre, ferme et irrévocable de l'homme et de la femme, l'un envers l'autre, à aimer son conjoint. Aimer mon conjoint, cela veut dire agir envers lui comme j'aimerais qu'il agisse envers moi si j'étais à sa place et lui à la mienne. « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux : c'est la Loi et les Prophètes. » (Mt 7, 12).

 

(1) L'anecdote suivante illustrera mon propos. Il y a quelques mois, avec un ami, nous avons organisé, pour le compte d'un groupe d'anciens (dont nous faisons partie) de l'ESCP EUROPE, une table ronde sur le thème de l'emploi des séniors. Notre première version d'invitation montrait un senior sur la poitrine duquel figurait une étoile jaune où était écrit "sénior". Cela provoqua un tollé parmi les membres de notre groupe, à tel point que nous dûmes retirer prestement cette étoile et que la table ronde faillit être annulée. Notre visuel fut jugé par certains "inadmissible", "scandaleux", "irrespectueux", "choquant", etc. Ce jugement s'appuyait, non pas sur le message que ce visuel voulait faire passer (pas une seule personne ne nous demanda ce que nous avions voulu dire), mais sur l'interprétation que chacun en avait faite.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Damien 15/01/2014 14:02

Merci pour votre partage sur Jacques Salomé.
Jacques Salomé est un grand poète, un grand humaniste,
il est l'auteur de plus de 60 livres mais aussi moins connu de plusieurs DVD
- Oser communiquer en conscience
- Être femme aujourd'hui
- Accéder à sa liberté d'être
on peut voir des extraits des films sur le site de l'éditeur
http://www.editions-en-conscience.com
Dans ces films, Jacques Salomé nous montre de façon claire et concrète comment utiliser ses nombreux outils du changement.
Un must pour transformer sa vie en profondeur !! et donc transformer la société !!